Se'n son anats



Pèire Pessamessa

(1931-2019)


Pierre Pessemesse est né à Marseille en 1931 et avait passé toute sa vie dans le Lubéron, à Buoux, dont il fut maire durant 28 ans. Imposant la présence de la langue d’Oc comme une évidence en ce site très touristique de Provence où, hélas, une pression de déculturation très puissante s’exerce pour effacer définitivement la personnalité linguistique des lieux. Son initiative d’éditer en occitan et non en français les billets de visite du fort de Buoux lui avaient même valu un procès ! …

Pierre Pessemesse avait fait de solides études à Apt puis à Aix, obtenant une licence d’Allemand. Cette formation l’avait amené à une brève carrière d’enseignant, qu’il s’était empressé d’interrompre dès 1960. Il avait changé de voie et ouvert une hôtellerie dans la propriété familiale des Seguins, au cœur de son cher Lubéron.

C’est en 1954 qu’il avait fait une entrée fracassante en littérature d’oc, en publiant, en compagnie de Serge Bec, le fameux volume intitulé « Li Graio Negro ». Les deux jeunes provençaux ruaient dans les brancards, ils refusaient la mort lente et le repli dans le passéisme de leur culture, et rejoignaient très logiquement le mouvement occitaniste encore très confidentiel en ces années-là. C’était pour tous les deux le début d’une activité foisonnante qui allait se poursuivre plus d’un demi-siècle. Serge Bec sera un immense poète lyrique d’inspiration amoureuse, et Pierre Pessemesse sera tour à tour romancier (« De fuòc amb de cendre » en trois tomes 1973, 1976, 1978), nouvelliste (Beluga de l’infern (1954), Nhòcas e bachòcas (1957), Automnada (1959), La terra acampassida (1963), Viatge au fons de la mitologia (2008 ), essayiste (Escrichs 1955-1975 ; «A la recèrca de l’identita occitana »  2010 ), journaliste, animateur d’émissions radiophoniques, homme de cinéma et de télévision. Ces dernières années, il avait même à Apt créé une troupe de théâtre pour laquelle il écrivait des pièces en provençal, plutôt ambitieuses malgré la faiblesse des moyens dont il put disposer.

Il avait été couronné du Grand Prix Littéraire de Provence en 2012, ainsi que du Pres di Jo Flourau dóu Felibrige, et avait été nommé à cette occasion « Mèstre en Gai Sabé » du Félibrige.  Signe indiscutable de la radicalité de son engagement culturel, ses quatre enfants. Marie-Laure, Estelle, Amélie et Simon, parlent merveilleusement le provençal qu’il leur a transmis activement dès le berceau au cours même des années où l’effacement de cette langue sur son territoire prenait une dimension abyssale. Les occitanistes de cette génération n’ont pas tous, loin de là, poussé aussi loin leur engagement…

Il était attaché à la variété provençale de la langue occitane sous sa forme la plus authentique, reproduisant le langage parlé, et ne cessait de brocarder ceux qui employaient une langue tarabiscotée, des mots inusités, ou des tournures syntaxiques qui s’éloignaient de l’usage naturel. C’est cette langue simple, flexible, vivante, qu’il illustrait dans ses écrits (nouvelles, romans, essais). Il l’écrivait dans les deux graphies : la « mistralienne » à laquelle beaucoup de provençaux restent attachés, et qui reproduit la phonétique de la langue parlée, et « l’occitane », plus savante, mise en place dans la première moitié du XXe siècle, et rétablissant l’unicité profonde de l’ensemble des parlers « dis Aup i Pirenèu ». C’est en graphie mistralienne qu’il écrivait pour le vaillant mensuel d’actualités en provençal « Prouvènço d’aro ». Au moment de son décès, un court roman était encore en cours de parution en feuilleton. 

C’est incontestablement un des personnages les plus actifs et les plus intéressants de l’occitanisme contemporain qui s’éteint. Son humour inimitable, son anticonformisme, l’intensité de son engagement, l’abondance de son œuvre, font qu’il restera longtemps présent malgré son départ sur cette scène occitane qu’il avait si passionnément animée.



Frédéric Jacques Temple

President d'onor de nòstre PEN occitan que n'aviá seguit l'istòria desempuòi sa fondacion en Avinhon en 1961. Se disiá sempre "escrivan occitan d'expression francesa" e aquò èra pas de paraulas bufècas. Car s'engatgèt per l'occitan quora trabalhava a l'ORTF e aquò li vauguèt bravament de desaguicis. O regretava pas. Escriguèt: "Aquela lenga siaguèt mieuna, fai mila ans. La parle pas, es tot escàs que la legisse; mas quand lo vent fronzís las montilhas, que la mar de l’equinòxi bolhís, que tindan las garrigas de la ràbia solara, sabe que son plan vius los mots que la disián." Los escrivans occitans l'omenatgèron a Salinèlas en junh de 2019. Moment d'esmoguda. Semblava un ròc, a l'espròva dau temps. Ara se n'es anat e ne sèm bravament entristesits.

Une vie 1955-1971 | Les univers de Frédéric Jacques Temple (wordpress.com)



Joan Maria Petit

Joan Maria « escriviá de poèmas ont los aucèls cantavan / d’arbres-poèmas ambe d’amor a cada fuelha ». E aqueles poèmas banhan « dins l’embelinament del mond ». Los podèm legir e relegir. Ne giscla una fòrça que nos reviuda. Me maine après sa despartida qu'èra un de nòstres grands escrivans. Nos demòra d'avalorar l'auçada d'aquela òbra.






Joan Saubrement

Nascut en Lorrena coma nos o contava dins sos libres aviá navegat de temps E pausat bordon a Marselha ont aviá aprés lo Provençau. E èra vengut per sa personalitat recampaira e borgala un dels pilars de l'aparament de nòstra cultura dins la ciutat foceana.  Sa despartida es un malastre. Son sorire demòra dins nòstre sovenir.

Joan Saubrement nos a quitat (aquodaqui.info)



Maria Cristina Còsta-Rixte
Escrivana d'òc e batalhaira afogada engatjada dins l'aparament de nòstra lenga, èra tanben una anglicista de tria, que revirèt en òc Seamus Heaney, e puòi en anglés la "Gacha a la Cistèrna" de Robèrt Lafnt. Nos onoràvem e l'aver coma vice presidenta dau PEN occitan per la region Ròse-Aups. Aviá obrat per nos alestir un polit congrès a Valença ont aviam tanben rescontrat los Arpitans. Sa despartida nos laissa desconsolats e fai un brave traucàs.



Claudio Salvagno

Menut e linge, una cara de montanhòl, un fin sorire e d'uòlhs que carrejan de rius de lutz serranèla. L'escotar es un cabús dins lo fremin de l'emocion totala. Aqueles mots simples e bercats, arrenguieirats, per dire la nèu e lo languiment e l'amor perdut e l'estranhesa dau mond. E las mai trebolantas interrogacions. Èstre amb el èra un encantament. Als acamps d’Ostana ont los occitans de las valadas italianas prèmian los escrivans de lengas minoradas èra de segur de la fèsta, freula siloeta de montanhòl de l’agach linde coma los orizonts ennevats. E de la paraula rara. E pasmens de temps en temps davant un veire o una cervesa aviam de longas discutidas ont rebastissiam lo mond. Un mond de lutz. Ont èra aquel Empèri de l’Ombra ? Dins sos tèxtes de segur, tant enigmatics coma poderoses, marcats dau sagèl de la negror, una negror que dardalha pasmens una lutz esbarluganta : « Ara non vei lusir solelh, e chamino dins aquestes ombres e i miei pas mueren dins lo cementeri esclardat de la nèu. Aquí seitat sus la mia tomba i sies ». M’escriguèt : « La poesia es quarcòsa que nos arriba sabèm ren d’onte e alara la cal ramendar pròpi coralament ». Un art poetic de meditar. 



Jan-Marc Courbet
Joan-Marc, majorau dau Felibritge, portava la cigala de Zaní, la de Teodòr Aubanèu. Vengut dau movement "parlaren" que representava a l'epòca de l'occitanisme batalhaire lo perlongament  de l'engatjament "maximalista" qu'aviá a la debuta dau sègle XX empusat Pèire Devoluy, lo "capolièr de l'accion", èar baile dau Felibritge, es a dire aquel que pòrta l'institucion sus sas espatlas e aquò o faguèt bravament per far prodèl au Capolièr Jacme Motet. Èra conscient de la necessitat qu'obrèssem totes ensèms per nòstra cultaura, puslèu que de s'estripar en luchas intestinas suicidàrias. Èra un òme d'accion inabenable. Èra un amic de tria. Sa despartida nos maca mai que mai.